Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Histoire des Arts au Collège Abbal

Les élèves du Collège André Abbal trouveront sur ce blog les reproductions des oeuvres étudiées en classe dans le cadre de l'Histoire des Arts. Ils retrouveront également ici les thématiques grâce auxquelles les oeuvres ont été étudiées ainsi que quelques éléments d'analyse d'oeuvre.

Publié le par profAbbal
Publié dans : #HiDA 3ème

Arno BREKER

Ernst BARLACH

Ce qu’il faut retenir :

 

-sculptures monumentales

breker, le parti et l'armée, 1938  

    Le porte-flambeau   et   Le porte-glaive

        Appelées aussi  Le Parti et L'armée

nouvelle chancelerie, cour d'honneur, photo 1939

Photographie de la cour d'honneur de la nouvelle Chancellerie du Reich (à Berlin), bâtiment conçu par Albert Speer, architecte officiel du 3ème Reich.

Ces deux monumentales statues de bronze d'Arno Breker avaient officiellement pour titre Le Parti et L'armée. Le sculpteur leur donnait aussi pour noms L'homme de l'esprit (ou le « Porte-flambeau », symbolisant l'esprit avec lequel un peuple doit être conduit) et Le Défenseur du Reich (ou le « Porte-glaive», symbolisant la protection dont le peuple a besoin). Les deux sculptures étaient comprises comme représentant le symbole de la double nature du pouvoir spirituel et temporel du maître des lieux.

Elles ont été conçues pour flanquer l'entrée principale de la cour d'honneur de la nouvelle chancellerie du Reich (commande d’Hitler).

Ces deux sculpteurs se ressemblent : les mêmes muscles luisants ainsi qu’un même front soucieux. « La torche de l'un gardait vive la flamme de l'esprit national qui animait le parti, le glaive de l'autre défendait les frontières de l'empire.

Ainsi, dès qu'il passait le seuil de la chancellerie, le visiteur savait donc qu'au-delà régnait celui qui rassemblait en sa personne ces deux corps du souverain spirituel et du souverain temporel. » (Extrait de Un art de l'éternité, Gallimard, Paris, 1996)

- nus

- force, et santé physique =  « il forge l'image de la jeunesse allemande », celle « qui croit à la force », d'après le critique d'art Jean-Marc Campagne.

- référence à l'antiquité grecque = Idéal de beauté pour la représentation des corps.

- mythologie (dieux grecs)

- détails (expression du visage de Hitler: sévérité, rudesse, colère,...)

- immuabilité, invincibilité, glorification, stabilité dans les postures des personnages. Ce sont des héros.

Ce qu’il faut retenir :

 

- sculptures miniatures

musee.jpg

- personnages vêtus, les corps des personnages sont à la fois cachés et révélés par le vêtement.

 

 

 

- les postures sont variables : corps repliés, atrophiés, raides, détendus, endormis, en mouvement, mourants,…

 

 

 

- réalisme : le sculpteur n’a pas eu peur de montrer les défauts physiques des personnages (rondeur, maigreur, tailles variées,…)

 

 

 

- religieux (monument aux morts avec une croix, insertion des sculptures sur une façade de cathédrale).

 

 

 

- fragilité de la vie humaine. Ces œuvres dialoguent avec l’humanité, ses conditions d’existence et sont une vision de la position de l'artiste par rapport à la vie.

Nous avons ici deux représentations différentes de la figure humaine en Allemagne avant et pendant la guerre. Un mode de représentation peut être lié à une idéologie. La représentation de la figure humaine peut véhiculer une perception et une conception de l’humanité.

Commenter cet article

salem 10/11/2014 17:38

quel element de la photographie permet de mesurer l'aspect monumental de ces statues

Articles récents

Hébergé par Overblog